C'est ici que j'entrepose mes codes, mes répertoires, tout ce dont j'ai besoin.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Victoria K. Dawson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Admin

Messages : 183
Date d'inscription : 21/02/2016

MessageSujet: Victoria K. Dawson   Ven 16 Sep - 19:27

Victoria Kaydance Dawson


NOM. Dawson. PRENOM. Victoria Kaydance. DATE DE NAISSANCE. Le 28 septembre 1987. LIEU DE NAISSANCE. Toronto, Canada. ÂGE. Vingt-huit ans. STATUT CIVIL. En couple & enceinte. La naissance du bébé est prévue pour le mois de mai. ORIENTATION SEXUELLE. Hétérosexuelle. METIER. Cuisinière à domicile. Elle tient aussi un petit service de traiteur pour les groupes de vingt personnes et moins. Cependant, pour le moment, elle le fait dans sa cuisine. Elle compte aménager le sous-sol de la maison dès que possible, sûrement après la naissance de sa fille, pour devenir plus efficace dans ce service.. EN VILLE DEPUIS. Bientôt six ans. QUARTIER Tabula Grove. CARACTERES. Sympathique, attentionnée, sensible, franche, amusante, simple, timide, nerveuse, fragile, en manque de confiance, discrète.



#1. Mon péché mignon est le chocolat, j'ai du mal à résister à piocher dans les mélanges et autres quand je fais des desserts chocolatés. #2. Les gens trouvent que mon IPad est très vide et peu intéressant, parce qu'il ne contient pas de jeux, de séries ou trucs du genre. Il comprend surtout des applications de recettes, des pages de recettes et livres électroniques de recettes. Bref, tout ce qui a rapport avec la cuisine. #3. J'adore écouter de la musique quand je cuisine, surtout les boys band des années 90. C'est un peu mon plaisir coupable. #4. Mon accident de voiture passé me perturbe encore. J'ai encore du mal à prendre le volant et quand je le fais, je fais preuve d'une grande prudence, peut-être même d'une prudence abusive parfois au goût de certains. #5. Le fait d'attendre un enfant est un rêve qui se réalise pour moi. J'ai toujours voulu une famille, même si j'ai passé plusieurs années à ne pas en parler à qui que ce soit, vu mes déceptions précédentes. #6. Les filets que certaines personnes doivent porter pour cuisiner m'exècrent, même si je comprends leur utilité. De mon côté, je préfère m'attacher les cheveux et bien souvent, c'est ainsi que je les porte, même quand je ne cuisine pas. #7. Je ne suis jamais retournée à Toronto depuis l'accident. J'aimerais bien toutefois, surtout que maintenant, je suis un peu plus en paix avec mon passé. Peut-être pourrais-je y emmener ma petite famille qui est sur le point de se former ? #8. Idéalement je n'achète que des produits frais. Je préfère de loin aller au marché par rapport à l'épicerie, même si évidemment, je n'ai pas le choix de me rendre en ce dernier lieu une fois de temps en temps. #9. Je n'aime pas avoir les ongles longs. Je ne les ronge pas, mais je les coupe plutôt régulièrement. #10. J'adore regarder General Hospital, reprise ou pas. Je ne rate pas un épisode, compte tenu que je suis souvent à la maison l'après-midi. #11. J'ai grandi dans une famille qui aimait le hockey sur glace et j'ai gardé l'intérêt pour ce sport. Je m'informe régulièrement des nouvelles liées à cela et quand je peux, je regarde des matchs à la télé.

#12. Je suis née à Toronto, au Canada. J'ai vécu seule avec ma mère pendant la première moitié de ma vie. Maintes fois, je lui ai demandé qui était mon père, si je pourrais le voir un jour, s'il savait que j'existais, mais je n'ai jamais réussi à soutirer quelconque information à la principale concernée qui ne voulait jamais en parler. Plus encore, si je continuais à la harceler, elle me fournissais des informations fausses. Comment je l'ai su ? Parce qu'elle ne racontait jamais la même chose.
#13. Lorsque j'eus seize ans, ma mère est décédée d'une leucémie, évènement que j'ai très mal pris, évidemment. Heureusement, ma grand-mère fut présente pour moi, me prenant sous son aile, me réconfortant du mieux qu'elle le pouvait malgré le fait qu'elle venait d'enterrer sa fille. Ce qu'elle fit par contre que je n'oublierai jamais, c'est qu'elle fut encline à me parler de mon père, me disant qui il était, pourquoi avait-il rencontré ma mère. Bref, elle répondit à toutes mes questions, mais malheureusement, beaucoup de choses demeuraient floues. Tant bien que mal, j'ai tenté de me renseigner sur cette personne, où je pourrais la trouver et tout, mais mes recherches furent pas mal vaines dans un premier temps. C'est seulement deux ans plus tard que je réussis finalement à trouver une adresse et un pays.
#14. Quelques mois après avoir découvert où vivait mon père, je n'avais pas bougé. Pourquoi ? Parce que je pensais avoir trouvé l'amour de ma vie en la personne de Brody. Nous étions ensemble depuis deux ans, nous étions heureux, amoureux, rien ne semblait pouvoir ternir notre bonheur. Cependant, après avoir obtenu un poste dans une entreprise importante, Brody a commencé à se montrer plus agressif, à hausser le ton plus souvent et ça ne me plaisait pas vraiment. Me disant qu'il avait besoin d'un moment pour s'adapter, je décidai d'accepter un stage de six mois en Irlande auprès d'un chef de grand renom. J'aurais pu prendre un stage n'importe où, compte tenu de ma passion pour la cuisine et mon potentiel, mais j'avais fait exprès de choisir l'Irlande, parce que selon mes recherches, c'était là que mon paternel se trouvait et que c'était mon unique chance de le rencontrer. Bien sûr, je me suis occupée de mon stage d'abord et avant tout, mais la dernière semaine avant mon retour au Canada, j'ai décidé de me rendre à sa résidence. C'était le soir, mais pas trop tard. Arrivée devant la maison, je vis de la lumière illuminer la demeure, me permettant de distinguer plusieurs silhouettes qui mangeaient dans la salle à dîner, heureux, rieurs. Bref, un endroit qui n'avait pas besoin d'être bouleversée par ma présence. Déçue, j'ai fait demi-tour, me disant que j'allais tenter d'oublier tout ça et reprendre une vie normale.
#15. Contrairement à ce que j'avais espéré, ma relation avec Brody n'alla pas en s'améliorant, au contraire. Mon voyage avait calmé les choses pendant un moment, mais quand je fus de retour, à sa portée, tout s'envenima. Il ne se contenta plus d'être agressif verbalement, mais le devint physiquement. Cependant, puisque chaque fois, il s'excusait, promettait qu'il ne recommencerait plus et que je le croyais, je restais avec lui, craignant encore plus de le quitter que de ce qu'il pouvait faire quand il était en colère. Je cachais mes bleus, je n'allais pas à l'école de cuisine et hôtellerie où j'étais inscrite quand je me retrouvais avec un oeil noir ou une lèvre fendue. Bref, personne ne savait ce qui se passait. Puis, un soir, tout bascula ; pour une fois, alors que nous rentrions d'une soirée, je décidai de lui tenir tête et je le regrettai amèrement; au volant, il commença à m'assener des coups, oubliant la route pendant un instant. Je tentai tant bien que mal d'attraper le volant, mais je n'y arrivai pas; la voiture percuta un autre véhicule de plein fouet.
#16. Quinze jours après l'accident, j'eus mon congé de l'hôpital, puisque je m'en étais sorti avec des blessures minimes, compte tenu que ce n'est pas mon côté de la voiture qui fut percuté. Brody, en revanche, a succombé à ses blessures. Inévitablement, je me suis sentie terriblement coupable par rapport à sa mort, si bien que je fus prise d'un vent de panique et je n'eus plus le courage de rester dans ma ville natale plus longtemps. Ne sachant que faire, où aller, je décidai d'aller visiter ma tante qui habitait à Silverdell, en Caroline du Sud, me disant que changer d'air me ferait du bien. Dès que je fus en mesure de voyager plusieurs heures, je fis donc ma valise, et j'allai m'installer chez elle sans savoir combien de temps je resterais. Quelques jours ? Quelques semaines ? Plus longtemps, le temps de trouver une autre formation, un petit boulot ? En mettant les pieds chez elle, je n'en avais aucune idée.
#17. À tout hasard, je me surpris à trouver un emploi. Pas dans un restaurant, pas dans une pâtisserie ou quelque chose du genre, mais plutôt chez quelqu'un. Ce quelqu'un, Nathaniel, était un chirurgien qui n'avait pas le temps ni les capacités de cuisiner et qui se cherchait quelqu'un pour préparer ses repas. Je décidai d'accepter le poste, et à ma grande surprise, je développai une belle complicité avec Nathaniel. Cependant, puisqu'il ne semblait pas chercher une relation sérieuse et que moi-même j'avais du mal à surmonter ma précédente liaison, rien ne se passa jusqu'au moment où il fallut se rendre à l'évidence que nous étions faits l'un pour l'autre. Le tout s'enchaîna, et nous nous retrouvâmes à se comporter comme un couple plutôt qu'un employeur et son employée, ou même deux amis.
#18. En septembre de l'année dernière, j'ai eu la surprise de ma vie quand j'ai appris ma grossesse. Au début, je ne comprenais pas trop, ou plutôt, je ne voulais pas y croire, mais c'est ma tante qui m'a convaincue de faire un test de grossesse. Dans un premier temps, cette idée me fit quelque peu peur, mais quand je vis le bonheur illuminer le visage de Nathaniel, je compris que je n'avais aucune raison d'avoir peur. Et puis, je chérissais le désir d'avoir une famille depuis un moment, même si je l'avais quelque peu oublié au fil du temps. Il y a environ un mois, nous avons appris que ce serait une petite fille. Avant le mois de mai, il nous faudra donc lui trouver un prénom et préparer sa venue.
#19. De plus en plus limitée dans mes déplacements en raison de ma grossesse, il n'en demeure pas moins que je me sens encore suffisamment en forme pour continuer à cuisiner. Pire que ça, l'envie est encore plus présente de le faire, parce que non seulement, je meurs de faim plus souvent qu'autrement mais de plus, j'ai l'impression de tourner en rond si je ne fais rien. Puis, pour m'occuper, une amie me demanda si je pouvais préparer un buffet froid pour une petite soirée qu'elle tenait avec des amis de son mari, un groupe de dix personnes. J'ai accepté le défi, et parait-il que la nourriture fut fortement appréciée. Depuis cet évènement, je me suis proposée quelques fois, et je me suis rendu compte que je ne détestais pas cela, préparer de la nourriture pour plus de gens. Évidemment, je ne fais pas des plats élaborés comme lorsque je cuisine pour Nathaniel, mais ça me fait plaisir. Évidemment, je ne pourrai pas continuer des lustres comme ça, compte tenu que je suis à bientôt trente semaines de grossesse, mais une fois que la petite sera née et que je pourrai reprendre mes activités normales, peut-être pourrais-je faire cela à plus grande échelle ? Évidemment, il faudrait que j'en parle à Nathaniel, que je m'équipe et tout, mais je ne peux pas nier que l'idée me fait envie, même si rien d'officiel n'est fait pour le moment.
#20. Il y a quelque temps, alors que je préparais le repas avec la radio allumée, j'entendis une nouvelle comme quoi une ancienne chanteuse avait perdu son mari. Je serais demeurée pas mal indifférente à cette nouvelle si ça n'avait pas été du fait que le nom prononcé, Julia, sonna directement une cloche dans ma tête et me rappela cette époque où j'avais tenté de retrouver mon père, où j'avais vu que j'avais une demi-soeur. Voilà maintenant plusieurs années que je ne m'étais pas attardée sur ça, parce que je m'étais convaincue que ça ne servait à rien de m'en faire, mais maintenant, j'avais la preuve que cette fameuse soeur, cette Julia, était dans la même ville que moi. Qu'est-ce que je suis supposée faire par rapport à ça ? En toute franchise, je n'en ai aucune idée... Pour le moment, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mayiieatsomebeach.skyforum.net
 
Victoria K. Dawson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victoria :)
» Question FR7-XB
» Michelle Williams
» ANNIVERSAIRE: VICTORIA la reine de l'été
» image drole ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les tests de Mayiie :: Personnages inactifs-
Sauter vers: